15.05.2021

Journée internationale des Familles

Cette date du 15 mai pour célébrer les familles, c’est aussi pour notre mouvement l’occasion de mettre en avant les 100 ans de l’Association Nationale de Familles de France.

Notre mouvement familial, qui a toujours promu le respect des principes républicains et des valeurs strictes de neutralité religieuse et politique, a largement contribué à porter la parole de toutes les familles, à les défendre dans les épreuves et à les représenter.

Après la Libération dans le cadre des grandes réformes qui ont abouti à reconnaître leur place dans le cadre des ordonnances sur la sécurité sociale et donc de la branche famille et l’instauration de l’Union Nationale des Associations Familiales, notre mouvement a représenté les familles dans les conseils d’administration de ces différentes institutions ; le mouvement familial a été partie prenante dans la construction d’une politique familiale et solidaire.

Nos représentants sont des citoyens engagés et bénévoles qui se mobilisent au service des familles pour défendre leurs droits dans le cadre de notre contrat social.

 

1- Notre histoire depuis 1921

 

● 1921 - Fusion de la ligue et de la plus grande famille qui forme la fédération nationale des associations de familles nombreuses.

● 1926 - Les associations de l'Abbé Viollet deviennent la Confédération Générale des familles.

● 1940 – Le code de la famille. Les associations Générales des Familles sont créées sous l'occupation.

● 1947 – La fusion. Les associations forment la Fédération des Familles de France, du jeune travailleur à la famille nombreuse, dite F.F.F. que certains ont nommé “ la 3 F “.

● 1987 - FFF devient le sigle de : Fédération des Familles de France.

● 1997 - le sigle perd un F pour devenir F.F. : Familles de France.

 

Notre mouvement a joué un rôle majeur depuis sa création en permettant d’abord à des familles de se vêtir, se nourrir et se loger puis en proposant des modes de garde, des accueils de loisirs pour les enfants.

La Fédération Familles de France doit aujourd'hui répondre aux enjeux pour les familles du 21ème siècle en continuant de défendre les familles ; en innovant et en proposant des services de proximité adaptés aux besoins des Familles ; en favorisant les coopérations sociales familiales intergénérationnelles et en contribuant à l’éducation et à l’accès à la culture pour tous.

 

 

2- De 1945 à nos jours nos actions pour promouvoir une politique familiale

Cette politique familiale a connu plusieurs étapes que les engagements de notre fédération ont contribué à infléchir ou à améliorer.

Dans l’esprit des gouvernants de l’après-guerre cette politique familiale à un objectif nataliste mais les représentants des familles vont défendre en priorité le pouvoir d’achat des familles.

La lutte contre la pauvreté des familles et des conditions de logement décentes a constitué pour nos associations la priorité pendant plusieurs décennies.

Notre engagement en faveur des familles dans la France contemporaine rejoint ses préoccupations mais les expriment sous d’autres formes.

La politique familiale concerne les familles et nous avons engagé un dialogue sur ces sujets qui sont nombreux et concernent leur vie quotidienne : la baisse des APL, la réforme du congé parental, la disponibilité des modes d’accueil pour la petite enfance et l’amélioration du complément de mode garde.

Les familles doivent pouvoir exprimer leur préférence sur la façon dont elles choisissent de s’organiser pour prendre le congé parental ou pour faire garder leurs enfants.

Dans notre société contemporaine, 400 000 enfants mineurs vivent chaque année le drame de la séparation de leurs parents. Notre approche privilégie le maintien du lien avec les 2 parents et nous avons souhaité mettre en lumière les difficultés spécifiques que rencontrent les familles monoparentales.

Nous alertons régulièrement les pouvoirs publics sur les difficultés d’ordre économique que rencontrent ces familles et qui concernent la difficulté à recouvrer la pension alimentaire, (quelques fois elles se trouvent en situation de surendettement), la difficulté à se maintenir dans un emploi souvent à temps partiel ou en horaire fractionné, la difficulté enfin à s’occuper des enfants quand à 6 ans les prestations ne sont plus là pour aider et jusqu’au moment où ils sont plus autonome à l’entrée au collège.

Ces familles, nous devons les aider et faire preuve de solidarité à leur égard car la précarité aggrave leur situation et c’est la raison de notre engagement à leur côté.

 

3 En 2021 nos perspectives seront à la hauteur des enjeux

Notre mouvement familial a fait valoir son point de vue au parlement sur la loi bioéthique, sur la PMA et sur les dispositions relatives à la fin de vie.

A l’image de ce qui se passe dans notre société, le débat sur ces questions existe dans nos associations et nous devons tenir compte de cette réalité pour exprimer notre position.

Notre réflexion prend également en compte le vieillissement de la population et nous souhaitons des mesures d’accompagnement des aidants familiaux à la hauteur de ce qu’est leur engagement.

Le congé des aidants familiaux doit être indemnisé et pris en compte pour le calcul des droits à la retraite.

Notre réseau associatif subit depuis mars 2020 les effets de la crise sanitaire.

Dans cette crise, les familles sont en première ligne et nos bénévoles ont su malgré tout maintenir le lien avec les adhérents même si de nombreuses activités (par exemple les bourses aux vêtements ou les activités sportives) ont été interrompues.

Nous sortirons pourtant de cette crise et nous reprendrons nos projets pour les familles avec autant d’enthousiasme que nos prédécesseurs, pour soutenir les actions visant à accompagner les parents, à protéger les enfants et à prendre soins des personnes âgées.